Réduire les coûts des pièces moulées par injection - Avec ces 3 conseils

Les règles de conception des modèles de moulage par injection les plus rentables s’appliquent aux paliers lisses en particulier, aux pièces d’usure en général, et à tous les autres composants de toute façon.

 

Pour les paliers lisses et les pièces d’usure en particulier, la pression pour réduire les coûts est forte. En tant que “pièces jetables”, elles doivent durer le plus longtemps possible, mais aussi coûter le moins cher possible.

Les acheteurs marchandent donc souvent chaque centime afin de réduire autant que possible les coûts des pièces moulées par injection.

Dans le processus, un aspect important est généralement complètement négligé : La conception des composants et ses effets sur le coût des moules d’injection et le temps de production.

Examinons donc les facteurs de coût.

Coût des pièces moulées par injection : Le moule d'injection

Le moulage par injection est une méthode de fabrication fantastique pour produire de grandes quantités de pièces similaires. L’épine est le moule d’injection.

Si l’idée est fondamentalement la même que pour le moule dans le bac à sable, le moule d’injection est souvent très complexe.

Les contre-dépouilles ou autres formes spéciales de composants nécessitent de petits racleurs ou pièces de fermeture qui bloquent ou détachent ensuite certaines zones.

En outre, une seule opération “d’ouverture et de fermeture” est souvent nécessaire pour faire tomber plusieurs pièces du moule en même temps. Et comme tous les moules sont une image miroir tridimensionnelle – le soi-disant négatif – la production de moules à injection est souvent très complexe. 

. Cette complexité, associée au fait que les moules à injection sont souvent faits sur mesure, entraîne des coûts extrêmement élevés. Après tout, le fabricant du moule doit calculer tous les coûts de conception et de programmation du processus d’usinage, ainsi que les coûts d’installation et de production sur un seul exemplaire.

Ensuite, il y a le matériau dont est fait le moule d’injection. A chaque cycle de production, le moule d’injection s’use. Plus le matériau est résistant à l’usure, plus il est cher. En outre, certains matériaux sont plus difficiles à usiner.

Conseil 1 : Simplifiez la forme de votre pièce moulée par injection

Plus la forme est simple, moins le moule d’injection est complexe. Dans la pratique, une contre-dépouille de quelques millimètres seulement, trop importante pour la fixation axiale, peut transformer un moule d’injection de 2 000 euros en un moule d’injection de 4 000 euros.

Il faut donc éviter les contre-dépouilles excessives ou autres caractéristiques du moule qui pourraient gêner la séparation des deux moitiés du moule négatif. Les éléments saillants doivent si possible se trouver sur le même axe.

Coût des pièces moulées par injection : Durée du cycle

Le temps de cycle est le temps qui s’écoule entre la fermeture du moule d’injection et l’ouverture et l’éjection de la pièce finie. Beaucoup de choses se passent entre les deux.

Le plastique liquide est injecté, remplit la “cavité” – c’est-à-dire l’empreinte négative de la pièce, refroidit, et est finalement éjecté. Plus ce processus est long, plus le temps de production pour l’ensemble du travail est long.

La réduction de ce temps de production permettra de réaliser des économies correspondantes.

Conseil n°2 : évitez les pièces complexes et à paroi épaisse

Plus il faut de temps au plastique pour remplir toute la pièce et plus la section transversale des moules est épaisse, plus il faut de temps au matériau pour atteindre tous les endroits de la cavité d’une part et pour refroidir suffisamment d’autre part.

Coût des pièces moulées par injection : Durée du cycle

Bien entendu, c’est avant tout le prix d’achat du matériau qui détermine le prix de la pièce. Mais aussi la qualité du matériau à traiter.

Pourquoi ? Parce que le matériau utilisé a une influence sur l’usure du moule d’injection. Les plastiques à forte teneur en fibres de verre ont un effet abrasif sur la surface du moule d’injection.

Ainsi, il s’écoule moins de temps avant la réparation nécessaire ou même la fabrication d’un tout nouveau moule. En outre, les propriétés thermiques du matériau peuvent à leur tour avoir un effet sur la durée du cycle mentionné.

Conseil n° 3 : utilisez autant que possible des matériaux peu coûteux et faciles à traiter

Bien sûr, pour de nombreuses applications, il n’y a pas moyen de contourner des matériaux plus coûteux.

Néanmoins, il est logique de s’interroger sur les exigences imposées au composant et de sélectionner le matériau en conséquence. Il n’est pas rare que les plastiques soient sélectionnés principalement parce qu’on a déjà eu de bonnes expériences avec eux, ou parce qu’ils ont été “simplement indiqués tels quels”.

Remettez également en question la durabilité du moule d’injection. Selon le matériau utilisé et le nombre de pièces nécessaires, un moule d’injection en aluminium ou même en plastique est souvent suffisant au lieu d’un acier trempé coûteux.